Haute Époque & Tapisserie

galerie-du-Carre-R.-Lorenzelli1On entend généralement par « Haute Époque » la période s’étalant de la fin du 14ème siècle jusqu’à la fin du 17ème siècle. Durant le déroulement de ces 300 ans, d’une richesse inouïe, les arts évoluent à travers l’Europe et s’influencent mutuellement.

Avant le 14ème siècle, on parle généralement d’ « art médiéval ».

Au 14ème siècle on voit se développer le culte marial, au cœur de la piété médiévale, Vierges à l’enfant en pierre, souvent de la Champagne (Troyes), de la Lorraine ou de la Bourgogne illustrent ce culte. De rares meubles tels des coffres, des petites armoires monastiques, des cathèdres font leur apparition.

Au 15ème siècle, qui correspond à la grande époque de l’art gothique, le mobilier s’enrichit en coffre (souvent dit « à plis de serviette ») dont on peut voir les plus beaux spécimens au musée des Arts décoratifs.
La sculpture devient plus ample et monumentale, évoluant vers le style flamboyant elle s’épanouit à la fin du 15ème siècle.
Dans le mobilier apparaît également les coffres à fenestrage avec des représentations d’apôtres, les dressoirs où sont représentées des scènes religieuses, des stalles etc. …

On s’achemine alors vers la « Première Renaissance »au début du 16ème siècle. Les panneaux arborent des motifs soigneusement sculptés dans la masse, des arabesques encadrent des profils de guerriers. Ce décor de médaillons se généralisent sur tous les meubles.

La « Seconde Renaissance » voit apparaître dans la sculpture l’usage du marbre, sous l’influence italienne (putti, copies de l’antique sont au goût du jour et attirent les collectionneurs).
L’époque voit également apparaître les beaux meubles (tables, cassones, sièges d’apparat, credenza, belle table du Val de Loire, cabinet Henri II, table à l’italienne exceptionnelle généralement bourguignonne inspirée par Hugues SAMBIN, armoire à retrait, cabinet hispano-flamand).
De belles tapisseries à sujet biblique ou mythologique mettent admirablement en valeur ce beau mobilier.
Angelots et bois sculptés contribuent amplement à la décoration.

Avec le 17ème siècle, nous entrons dans le « classicisme ».
Bustes allégoriques en marbre ou en bronze, représentations de personnages historiques sont des sujets de prédilection.
Au début du 17ème siècle, deux tendances se dégagent du mobilier français, l’une architecturale influencée par l’antiquité, l’autre plus ornementale puisant son inspiration dans les gravures de Jacques Androuet du Cerceau.
L’Européanisation des Arts est très marquée dans l’histoire du mobilier qui sans se copier produit des variantes où domine le bois tourné.

Les meubles de l’époque Louis XIII peuvent se grouper en deux catégories, le mobilier courant et le mobilier de luxe.
On retrouve ce mobilier courant dans les intérieurs de la bourgeoisie et de la petite noblesse de province. Il reste proche de celui de la Renaissance.
Le mobilier de luxe va apparaître avec la mode des bois exotiques : cabinet plaqué d’ébène ou de pierres dures, table d’apparat en marqueterie ou en bois doré, commode en marqueterie, etc …..
De ce mobilier de luxe destiné aux maisons royales (Versailles et autres châteaux) va naître le style Louis XIV. Il n’appartient plus à la Haute Époque.
Les commodes en marqueterie proches du travail de BOULLE, les somptueux bureaux dits « mazarin » prennent alors tout leur prestige au début du 18ème siècle. On peut dire que la Haute Époque prend fin vers les années 1680. Reste le mobilier provincial qui continue dans la tradition du style Louis XIII avec quelques influences de la nouvelle mode en cours.

Galerie du Carré

 

 

 17, passage de la Geôle

 06 09 26 90 94

Présentation / Contact